Petit chantier

… Sur le blog 🙂

Ce n’est pas vraiment faire du neuf avec du vieux, d’abord il n’est pas vieux ce blog. Ce n’est pas vraiment du recyclage mais plutôt une réflexion qui prend forme, les idées qui se font plus claires (oui même à l’heure tardive où j’écris !), l’évolution sans doute normale d’un blog qui vit.

Même si ces derniers temps il vit caché 🙂 Le temps qu’il (me) faut peut-être pour penser la sortie de la chrysalide …

IMG_0294J’ai fini par être sur facebook. Sans du tout m’attendre à ce que j’allais y trouver ni comprendre bien comment l’utiliser …. Mais j’ai senti qu’il fallait que je fasse sans plus tarder cet effort de compréhension du monde de mes enfants.

Premier constat : c’est bien ce que je pensais, facebook ça prend un temps fou !

Deuxième constat : je n’avais pas du tout idée de toutes les informations de toutes natures qui s’échangent. C’est plutôt intéressant.

Troisième constat : ça ne me déplait pas même si je n’ai pas tout saisi …

M’enfin, forte du premier constat, j’ai décidé de regrouper les deux pages fb L’Auribelle et ParentsPartages (heu … quand je saurai le faire !). D’où la rallonge du nom.  Et puis … sûrement du ménage à venir dans les rubriques, envie de plus de sobriété sur le blog aussi, ménage de printemps 🙂

Et puis, il faudrait résoudre le bug qui bloque vos commentaires …. parce que évidemment ce n’est pas très motivant de ne pas en recevoir, encore moins quand j’apprends que vous en avez écrit 🙁

Bon, entre chantier à la maison (isolation du toit), à l’école (réhabilitatin de la mare) et du blog …. Nos week-end sont bien remplis ! À bientôt …

This entry was posted in rien.

Se déplacer autrement

Depuis 6 ans la région Rhône Alpes…Auvergne aussi maintenant, a mis en place une journée de « Challenge Mobilité Régional » qui se déroulera le 9 juin prochain.

L’idée : « Tout en s’emparant sur une journée de la question de la mobilité durable, ce challenge est surtout l’occasion de venir autrement sur son lieu de travail puis de  partager un moment convivial avec ses collègues. »

voir l’affiche en illustration. Save-the-date-Challenge2016et le site ici.

LATELIER, l’espace de Coworking où je travaille devrait participer à ce défi…et moi aussi donc !

Avec ma ZOE (voir l’article précédent) je suis tendance… sauf à venir à cheval.

mais je vais m’en tenir à ma voiture qui rentre déjà bien dans ces préoccupations durables.

En échangeant avec mes Coworkers préférés nous en sommes venus à parler de vélo à assistance électrique ou VAE.

L’un d’entre nous à monté un Kit complet pour électrifier son vélo traditionnel, cette approche a un coût d’environ 1000€ tout de même pour un produit de bonne qualité, et il vient travailler en vélo : 13 kilomètres avec un dénivelé de 170 m. Et bien il n’arrive même pas en sueur !

Ce qui fait tiquer un autre Coworker, c’est qu’il a un vélo de de base qui vaut 300 € environ et ça le chagrine de monter un kit aussi cher sur un vélo aussi basique.

L’achat d’un VAE neuf aujourd’hui  est d’au moins 2500 à 3000 € ce qui est une somme que tout le monde ne peut pas dépenser si facilement.

Il existe d’autres solutions ; en fouillant sur le net j’ai découvert ces quelques produits / projets qui offrent une alternative à un prix plus raisonnable.

Les voici, ce sont d’abord deux produits, l’un déjà en vente depuis quelques années déjà et l’autre encore en financement en Crowdfounding sur Kickstarter.

Le premier – français – de marque Rool’in est une roue avant toute équipée qu’il suffit de poser à la place de la sienne entre 600 et 730 € selon le diamètre de la roue.

Une nouvelle version sortie ce mois-ci pilotable directement par son Smartphone avec un app à télécharger coute entre 700 et 800 €.

La roue pèse entre 4,5 à 6,7 kg moteur de 250 Watts vitesse 25 kilomètre/heure nécessite de pédaler avec une autonomie « seulement » de 50 kilomètres.

La deuxième GeoOrbital, part du même principe mais c’est un produit américain probablement techniquement plus performante, et qui ne nécessite pas de pédaler. La batterie se recharge lorsque vous roulez (comme ma ZOE qui se recharge dès que je relâche l’accélérateur ou que je freine). Le poids est identique à la Rool’in et l’autonomie est similaire. Petit plus (non négligeable ajoute Mamangue), le pneu est plein donc increvable !

Bonus Que Mamangue et moi avons vraiment trouvé génial : le vélo-tapis roulant !!! J’ai vu une vidéo des premiers modèles sans assistance électrique – bon euh pour grand sportif qui voudrait courir sur leur tapis roulant mais pas en salle (un peu zarbie comme idée, ils n’avaient qu’a courir pour de vrai dehors en fait ?!) Mais avec moteur et batterie ça change toute l’approche et c’est très rigolo ! C’est un produit hollandais donc probablement pas top génial pour les côtes… ils n’ont pas ça chez eux ! regarder la vidéo c’est très explicite.

Il existe des tonnes de VAE, et je ne vais pas tout citer ici juste peut-être le Vélosolex qui depuis 2006 renaît de ses cendres avec un petit look rétro vintage pour les anciens !Capture d’écran 2016-05-14 à 20.02.25

Croque-pavés de chez nous

Avant que nous ne devenions totalement végétariens, nous aimions bien faire de temps en temps des croque-monsieur. Il m’a fallu plusieurs essais avant de trouver la recette sans jambon qui nous régale tous …. et je la tiens !

Rebaptisés « croque-pavé » ils se composent de :

  • pain de mie tartiné de miso
  • morceaux de fourme d’ambert
  • oeufs brouillés
  • pain de mie tartiné d’un mélange crème/gruyère râpé/noix de muscade

Ça fait beaucoup de laitage d’un coup, donc éviction demain 😉

Tout le monde se régale. Le mélange miso/fourme donne un petit goût qui rappelle le fumé du jambon à mon ado nostalgique des croque-monsieur de ses premières années.

image

image

image

Miam !

Les enfants d’aujourd’hui …

sont bien difficiles.

Je l’entends souvent cette phrase. Je me demande si je ne l’entendais pas déjà quand j’étais petite !

J’essaie d’entendre ce qu’elle veut dire vraiment.

Les enfants d’hier obéissaient parce que sinon …. De génération en génération s’est transmis le postulat selon lequel l’enfant ignare et fragile doit obéir à l’adulte omniscient et tout-puissant.

Ce postulat est en train de s’effondrer. Des adultes ont enrayé cet engrenage ! Et entraîné dans leur sillage d’autres qui ont envie de tisser avec leurs enfants une relation fondée sur la confiance et non sur l’obéissance.

C’est un choix difficile et courageux. Difficile parce qu’il faut créer un modèle, courageux parce qu’il faut affronter les autres, ceux qui continuent de fonctionner sur le mode obéissance-punitions qu’ils ont connu.

Je comprends alors que les enfants d’aujourd’hui leur semblent difficiles. En réalité ce qui est difficile, c’est d’accorder à l’enfant ce qui nous a valu à nous autrefois, tapes et humiliations. Il faut du temps et de l’aide pour prendre de la distance avec toute la violence éducative que l’on a intégré « pour notre bien, pour faire de nous quelqu’un de bien ». Il faut pouvoir regarder avec tendresse et compassion le petit enfant intérieur tapi au fond de nous, peut-être encore honteux et/ou apeuré, pour se rappeler qu’un enfant est … juste un enfant qui a besoin de temps pour acquérir certaines habiletés certes, mais qui en sait beaucoup plus que nous sur l’amour inconditionnel.

Les enfants d’aujourd’hui ne font pas de bisou aux tatas qui piquent, ils ne mangent pas d’épinards s’ils n’aiment pas ça, ils veulent des chaussons « reine des neiges », regardent les adultes droit dans les yeux et soutiennent mordicus leur point de vue. Et tant mieux !!

Aucune relation ne peut être satisfaisante si elle est biaisée par la peur.

NVEOA4

Nos assiettes variées

Ma chère amie Charlotte m’interpelle souvent sur ce que nous mangeons.

Nous sommes végétariens – ça arrive à beaucoup de monde hein ?! – et une bonne proportion de ce que nous mangeons est cru. Du coup mon amie me demande si nous sommes sûrs de « manger équilibré » et comment je renouvelle les menus pour ne pas nous lasser.

Cette semaine j’ai donc pris en photo nos assiettes de crudités. Le midi chez nous la cuisine est vite faite : J’épluche et je coupe des fruits et des légumes !

Souvent je fais un jus à l’extracteur avec la moitié d’entre eux, ce qui nous fait un grand verre de jus chacun, coloré et multivitaminé 🙂

Je dispose les autres ingrédients dans un grand plat et nous nous servons à volonté. La vinaigrette est à part car tout le monde n’en prend pas. PetiteFée et moi mangeons la salade verte sans, par exemple, ce qui n’est pas le cas d’Archer et Papaye.

Nous mangeons évidemment en fonction des saisons donc cette semaine nous avons eu dans nos assiettes : carottes, céleri, fenouil, chou fleur, chou rave, chou rose, chou blanc, radis rose, radis noir, navet, salade verte, avocat, poivron vert (hum, un peu tôt ?),

Sur la table je dispose aussi un petit ramequin de noix diverses (nature, pas salées), variées selon les jours. Idem pour les fruits secs.

Il arrive qu’un reste de pommes de terre (cuites du coup) ou plus rarement des oeufs, complètent nos assiettes. Surtout quand nous avons un convive non habitué au cru, ce qui était le cas cette semaine.

imageLa plupart du temps nous n’avons besoin de rien d’autre : ni pain, ni fromage, ni dessert …  Si une petite envie de « dessert » se fait sentir, elle est comblée par un carré de chocolat.

Et en tous les cas nous sommes rassasiés 🙂

Même Archer qui a un solide appétit et …. n’est pas végétarien. Mais comme il mange plutôt mal au lycée, il réclame des légumes à la maison !

Je ne vois que des avantages à cette façon de manger :

  • cuisine extrêmement simple
  • peu de vaisselle, on peut même manger avec ses doigts !
  • beaucoup de légumes donc beaucoup de vitamines et de fibres
  • des saveurs intactes, non détruites par une cuisson
  • beaucoup de couleurs qui stimulent l’appétit

Et si vous avez des suggestions pour m’aider à varier davantage nos assiettes, elles sont les bienvenues 🙂

Les jouets de sable qui ne coûtent rien

Je ne suis pas très présente en ce moment sur le blog …. quoique l’envie et l’inspiration ne manquent pas.

image

Ce matin le soleil et le vent chaud nous ont poussé dehors où j’ai entrepris de désherber le bac à sable. On ne voyait plus le sable (sur la photo j’ai déjà fait les 3/4 du boulot …)

Ma PetiteFée de 7 ans ne passe plus autant de temps à patouiller, mais l’arrivée imminente de petits vacanciers au gîte m’ont bien motivée 🙂

imageEt finalement comme souvent, rien de tel qu’un grand ménage pour retrouver le plaisir de sortir tout l’attirail à leur disposition.

C’est de cela que je voudrais vous parler.

Il existe évidemment quantité de jouets en plastique coloré pour s’amuser avec le sable. Je n’en ai que très rarement acheté, peut-être un set rateau-pelle-pâtés à chaque nouvel enfant (les miens, donc 4). Ici le plastique ne supporte ni le soleil cuisant de l’été ni le gel mordant de l’hiver, alors acheter tout les ans les mêmes ustensiles : non.

Je préfère dès la fin de l’hiver porter une attention spéciale à tout ce que mes mains s’apprêtent à mettre à la poubelle ou à remiser.

Ainsi j’ai enrichi l’attirail de :

  • couvercles de pot de pâte à tartiner
  • capuchons de bombe de peinture, de bouteille de lait
  • louche, cuiller ayant perdu son manche
  • panier d’essoreuse à salade
  • pots divers : crème pour les mains, gélules …
  • entonnoir
  • filet (noix, pommes de terre …)

qui sont venu compléter :

  • gros blocs de bois, peints ou non (chutes de nos travaux)
  • bâtons variés, pommes de pin
  • morceaux de tuyau, de gouttière
  • tamis de cocotte-minute, rempli de coquillages
  • voitures et bonhommes « crasspouet spécial jardin »
  • récipients divers : dînette, petite bouteille, moules …
  • etc …

Voilà de quoi susciter l’imagination des enfants pour des heures de jeux renouvelés tous les jours sans avoir rien dépensé 🙂 et en plus non seulement ça ne fait même pas déchetterie, mais c’est un matériel renouvelable à l’infini.

imageMoi j’aime ! Et vous ? Des suggestions pour enrichir encore l’offre ?

Nom d’une plante !

C’est le titre du livre que je vous fais (peut-être) découvrir :

image

Ce livre est un peu comme une « imagerie botanique », avec de grandes photos et des textes courts qui disent l’essentiel.

Ce qui le rend particulièrement accessible aux enfants d’après moi c’est le parti pris de nommer les espèces d’abord par leur nom vernaculaire, puis bien sûr leur nom scientifique, et d’assortir un petit dessin qui fixe la mémoire par association d’idée.

ici on aime bien 🙂